Quand les problèmes informatiques freinent la réussite des PME

La plupart des PME se contente d’une informatique sous-performante et les problèmes informatiques rencontrés au quotidien freinent gravement leur réussite. Telle est le constat dressé par Opinium qui viennent de dévoiler les résultats d’une étude réalisée auprès de 815 dirigeants de PME (dont plus de 200 dirigeants français) sur leur gestion de l’informatique.

Si les PME françaises investissent dans de nouvelles solutions informatiques, le budget consacré (environ 184 000 euros par an) s’avère être le plus bas comparé aux autres pays interrogés. Á savoir, plus de 466 000 euros pour l’Allemagne et plus de 750 000 euros aux Etats-Unis. 56% du budget informatique est d’ailleurs consacré à la résolution des problèmes techniques, soit un coût estimé à 227 000 euros par an. En la matière, les dépenses avoisinent les 100 000 euros en France.

Parmi les diverses difficultés critiques rencontrées :

  • du matériel qui ne fonctionne pas (27 %).
  • des problèmes d’administration informatique (24 %).
  • des logiciels obsolètes (24 %).
  • une mauvaise connectivité Internet (20 %).
  • des risques en termes de sécurité (23 %).
  • des pannes de serveurs (20%).

Des bâtons dans les roues
Et l’impact de ces dysfonctionnements informatiques sur l’activité est plus sérieux que beaucoup de PME le pensent. Elle estiment perdre plus de 15 heures par mois à résoudre les problèmes informatiques. Elles déplorent :

  • le temps nécessaire pour résoudre les problèmes (41 %).
  • une baisse de productivité des employés (37 %).
  • un coût de la résolution des problèmes (35 %).
  • une baisse de la qualité du travail (35 %).

Le cloud en vue pour 16% des PME seulement
Selon l’étude, seules 16 % des PME françaises disent avoir l’intention d’adopter une infrastructure Cloud au cours des trois prochaines années, même constat pour les applications Cloud. Celles qui n’envisagent pas d’adopter une infrastructure Cloud justifient leur position comme suit :

  • une technologie trop onéreuse ou un budget indisponible (29%).
  • l’organisation n’a pas l’utilité de cette technologie (18%).
  • l’organisation n’a pas l’expertise nécessaire pour l’utiliser (24 %).


Laisser un commentaire