Facebook proposera les contrôles du RGPD sur toute la planète

 

Facebook proposera les contrôles du RGPD sur toute la planète

Mark Zuckerberg avec Maurice Lévy, sur la scène de Viva Tech, 24 mai

Non seulement Facebook est prêt dès le 25 mai pour le RGPD, le nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, mais le réseau social annonce qu’il étendra les contrôles mis en place dans ce cadre sur toute la planète. C’est ce que déclare Mark Zuckerberg, patron de Facebook. Il s’est exprimé sur ce sujet sur la scène de l’événement Viva Technology, à Paris, le 24 mai en fin de journée.

Pas de modification du modèle économique

Cette évolution ne devrait pas affecter le modèle économique le Facebook, basé sur la gratuité assurée par la publicité, a-t-il indiqué. Lors des tests des contrôles mis en place pour le RGPD, une vaste majorité des gens ont choisi l’opt-in indique le patron de Facebook.

Une fonction d’effacement de son historique est mise à disposition des utilisateurs, similaire à celle qui existe sur les navigateurs Web qui sert à effacer ses cookies. « Les publicités seront moins pertinentes, de même que le flux d’informations, le temps que la plateforme apprenne vos habitudes, » indique seulement Mark Zuckerberg qui estime que les gens veulent recevoir des publicités intéressantes.

Ce changement des règles est présenté par Erin Egan, Chief Privacy Officer de Facebook. Cela concerne le ciblage publicitaire, la reconnaissance faciale dans les images déposées en ligne et le partage des informations du profil. L’agence Reuters souligne que les Européens devront valider les nouvelles règles avant de pouvoir utiliser la plateforme tandis qu’en dehors de l’Europe, un utilisateur pourra reporter cette validation aussi longtemps qu’il le souhaite.

Par ailleurs, Mark Zuckerberg a réitéré sa volonté de bannir les contenus haineux de Facebook et d’empêcher la manipulation politique telle qu’elle a pu être observée lors des élections présidentielles américaines. Mark Zuckerberg s’affirme conscient que le fait de décider si un contenu est approprié ou pas ne peut pas dépendre que de ses équipes. « Les gens ont une vision différente de ce qu’est un contenu inapproprié dans différentes parties du monde » pointe-t-il.

Un processus d’appel et une cour suprême

« Je réfléchis à mettre en place une gouvernance qui ne soit pas décidée depuis un bureau en Californie, pour toute la planète mais qu’elle soit plus issue de la communauté de nos 2 milliards d’utilisateurs.Un modèle de cette gouvernance devrait arriver d’ici 6 mois ou l’année prochaine. Un exemple de cette évolution, dont j’aimerais qu’il arrive bientôt est de disposer d’un processus d’appel, et d’une forme de cour suprême, peut être constituée de personnes non employées par Facebook, au-dessus, c’est à cela que nous réfléchissons, » annonce-t-il.

Mark Zuckerberg rappelle qu’il étend les équipes chargées de vérifier les contenus, le nombre de personnes chargées de cette tâche atteindra 20 000 à la fin de cette année. Dans le même temps, l’intelligence artificielle est utilisée pour détecter les contenus liés à ISIS  permettant que 99% d’entre eux soient détectés avant même d’être signalés par des utilisateurs de Facebook. Enfin, l’intelligence artificielle sert également à détecter les comptes frauduleux qui cherchent à diffuser des contenus afin de manipuler des élections.



Laisser un commentaire